• Birdy Miam Miam

Mon expérience du jeûne à l'eau de 90h.

Trois mois après l’apparition de mon acné adulte, apparue suite à l’arrêt de 15 ans de pilule contraceptive (voir article: "Mon parcours dans la quête d'une belle peau") et dans cette démarche de guérison totale de mes problèmes de peau de manière complètement naturelle, c’est tout naturellement que l’idée du jeûne s’est imposée à moi afin d’expérimenter cette technique et prendre le temps d’écouter les signaux de mon corps.

Passer le cap de ne plus manger


J’étais déjà consciente des bienfaits du jeûne sur la santé du corps mais ne pensais pas arriver un jour à passer ce cap de ne pas manger pendant plus de 24h. Mes parents avaient déjà l’habitude de jeûner depuis plusieurs années et m’en conseillaient les vertus, mais je me disais toujours qu’un jour je me sentirai prête à expérimenter cette technique, et ce jour arriva lors de ce jour de juillet 2018.


Bien convaincue de prendre le temps nécessaire pour entrer en communication avec mon corps et entendre ce qu’il avait à me dire, j’ai alors décidé d’entreprendre un jeûne hydrique de 3 jours, de manière accompagnée, au calme dans la nature dans un centre spécialisé du Québec. J’avais déjà l’habitude de faire des cures de jus de légumes de 3 jours à la maison, mais cette fois-ci, j’avais l'intuition d'aller plus loin et ne rien ingérer afin de laisser mon corps se reposer et se nettoyer tout seul, en ne lui apportant que de l’eau et ce dans un cadre parfait pour le vivre pleinement.


J’ai été alors guidée vers le centre de Vie à Ripon, dans la belle région de l’Outaouais au Québec, afin de m’octroyer 4 jours de ressourcement au cœur de la nature, auprès des fabuleux hôtes Hélène et Michel.


Heureuse de m’offrir ces instants de bien être et de repos, je me suis préparée en amont en arrêtant totalement le gluten, les produits laitiers, les féculents et oléagineux (principe de la descente alimentaire conseillée avant tout jeûne, j’en parle dans cet article) plusieurs jours avant et en buvant quotidiennement des infusions d’ortie afin de commencer la détox de mon foie et me préparer à cette purge.


La veille de mon départ, j’avais commencé à jeûner en ne buvant que des infusions de feuille de Séné, puissant diurétique qui m’a permis de me « vider » avant de commencer le jeûne. J’avais entendu dire que de commencer un jeûne le ventre vide, nettoyé des résidus logés dans les intestins permettait de réduire la sensation de faim pendant le jeûne. L’idéal étant de faire une hydrothérapie du côlon afin de totalement se nettoyer de l’intérieur.

Suite à cette journée de jeûne et de purge, je n’ai mangé que des fruits avant mon départ pour la cure afin de préparer mon corps à cette épreuve.


Les premières 24 heures


Quand je suis arrivée sur le site, il faisait particulièrement beau et j’ai tout de suite été subjuguée par la beauté et la sérénité du lieu. J’ai tout de suite su que je ne m’étais pas trompée en venant ici. Pour les québécois qui me lisent, je vous conseille vivement de centre de ressourcement qui propose toute l’année différentes cures ou séjours de repos au cœur de la nature.

J’ai rencontré mes hôtes, Hélène, thérapeute énergétique et professeure de pilates et son conjoint Michel, naturopathe et professeur de yoga, entre autres. Un vrai coup de cœur pour ce couple de passionnés aux larges sourires. J’ai également rencontré les autres belles personnes du groupe de la semaine qui étaient elles présentes pour une cure de jus de légumes. J’étais donc la seule à pratiquer le jeûne intégral ! Je me suis sentie un peu seule à ce moment !


Puis on m’a présenté ma confortable chambre dans laquelle j’allais séjourner avec Vanessa, une belle rencontre devenue amie avec qui j’ai adoré mon séjour. Merci la vie. Vanessa est d’ailleurs massothérapeute holistique et prof de yoga à Montréal pour ceux qui souhaitent bénéficier de ses prestations. Découvrez son site ici.


La première soirée s’est plutôt bien passée, j’ai pris le temps d’explorer les différentes salles de repos mises à disposition et d’échanger avec les belles personnes présentes sur le site. Tout le monde avait le droit de boire de chouettes infusions de plantes dépuratives sauf moi, je me sentais hyper frustrée étant une grande fan d'infusions, mais mes hôtes étaient formels, que de l’eau tempérée !


Après une belle et reposante nuit de sommeil, je me suis réveillée en forme sans ressentir la faim et pendant que les autres membres du groupe consommaient leur premier jus, j’ai pris un temps de lecture dans la salle de repos en écoutant les oiseaux chanter dehors.


Nous avons ensuite eu notre premier cours de yoga avec Michel que j’attendais avec impatience, pratiquant le yoga à la maison depuis plusieurs années.

Je me demandais si j’allais avoir assez d’énergie physique pour faire les exercices, et à mon grand étonnement, j’avais une incroyable énergie et une surprenante souplesse !

Étrangement, mon corps était beaucoup plus souple, endurant et léger qu’à l’habitude et j’ai pu comprendre que l’énergie non déployée dans la digestion avait l’opportunité de se transférer dans l’activité physique. Je me sentais super bien.


En début d’après midi, j’ai commencé à ressentir de la faim, de la fatigue et une légère migraine, j’ai alors opté pour une après midi lecture et sieste dans l’espace de repos extérieur du site. Un havre de paix, bercé par le bruit des oiseaux et la douce brise estivale. Je me suis endormie comme un bébé, mon corps en avait besoin.


De 24h à 48h de jeûne


Dans la soirée, nous avions tous rendez-vous pour une projection du fameux documentaire « On est ce qu’on mange », que j’avais déjà vu plusieurs fois et que j’adore.

Cependant, ma migraine de l’après midi s’était intensifiée et ma sensation de faim qui avait tourné en aigreurs d’estomac s’est alors développée en grosse nausée fulgurante. J’ai dû quitter le groupe et me réfugier aux toilettes, pensant que mon corps allait se purger. Je suis restée assise sur le carrelage froid quelques minutes et la nausée s’est adoucie d'elle-même. J’ai alors trouvé la force de me rendre jusque dans mon lit et à 20h, j’étais couchée, épuisée.


J’avais constaté une violente douleur au niveau du foie qui ne me permettait pas de me coucher sur le côté droit. Mon corps continuait de me parler et j’ai alors compris que mon foie avait besoin de se nettoyer et que mes problèmes de peau étaient liés à son dysfonctionnement.


Le lendemain matin, je me suis réveillée plutôt reposée et après une promenade à l’extérieur et une pause au bord de l’étang, je me sentais beaucoup mieux que la veille et prête pour me rendre au cours de pilates proposé par Hélène.

Ce cours m’a permis de me reconnecter à mon corps et de constater qu’il avait de l’énergie à revendre. C’est là que j’ai compris que l’activité physique douce n’est pas incompatible avec un jeûne hydrique. Il faut juste la pratiquer au bon moment de la journée, plutôt le matin, quand le corps a encore de l’énergie à distribuer dans les activités d’auto-guérison du corps et dans la pratique physique. Surtout y aller en douceur et s'écouter.

Je sentais que j’avais perdu un peu de poids et que mon corps était beaucoup plus léger et souple, ce qui était particulièrement agréable pour les postures de souplesse et d’équilibre.


Au bout des 48 heures de jeûne, je ne ressentais pas trop de faim et je me sentais plutôt bien. Je remarquais surtout que ma peau était hyper apaisée : aucune poussée de bouton inflammatoire ni de démangeaisons. Cette sensation était parfaitement agréable et je sentais que mon corps se régénérait au fils des heures sans manger.


De 48h à 72h de jeûne


L’après midi s’est plutôt super bien passée, je n’étais ni fatiguée, ni nauséeuse et c’est avec beaucoup de satisfaction que nous sommes parties à plusieurs nous baigner dans un lac pas loin du centre. L’eau du lac, fraîche et vivifiante m’a beaucoup redynamisée et apaisée. D’où les bienfaits d’effectuer des cures de jeûne au contact de la nature. C’est grâce à cet ancrage et cette sérénité que j’ai pu vivre au mieux cette expérience. J’aurais beaucoup de mal à faire un jeûne hydrique ou sec dans un contexte urbain, tout en travaillant. Pour moi un jeûne est un moment de complet repos du corps et de l’esprit que l’on s’offre, il est alors pour moi indispensable de l’effectuer dans les parfaites conditions et le parfait cadre pour le vivre pleinement.


Le lendemain matin, je me suis réveillée avec de grosses douleurs au niveau de l’haine qui m’ont empêché de dormir une bonne partie de la nuit. J’avais mal aux jambes et je ressentais cet inconfort musculaire qui me tirait de partout. Je me suis dit que le drainage lymphatique devait provoquer ces douleurs et comme mes jambes sont la partie de mon corps qui a le plus besoin de drainage (problèmes de circulation sanguine et de rétention d’eau) ça me semblait logique que le corps se régénère à cet endroit.


N’ayant pas la force de me tenir sur mes jambes, j’ai alors manqué le cours de yoga et je me suis octroyé une matinée de repos absolu, allongée dans un lit suspendu au calme de la nature. Mon corps avait besoin de repos, je l’ai alors écouté et lui ai donné ce qu’il me réclamait.


Dans l’après-midi, je me sentais plus énergique et j’ai alors accompagné le groupe pour un tour au marché bio local et dans une ferme biologique où l’on a pu acheter quelques produits de qualité et rencontrer de beaux oiseaux et animaux de la ferme. Un instant bucolique si agréable qui donnerait juste l’envie de rester là indéfiniment.

A cette époque je vivais encore en ville à Montréal et j’avais hâte de déménager dès septembre en région au cœur de la campagne. Une décision nécessaire pour la guérison de mes problèmes de peau, je le savais au fond de moi. Ce séjour me confortait en tous points dans cette décision.


De 72h à 90h de jeûne


A ce stade du jeûne, j’ai commencé à ressentir des envies alimentaires bien précises : étrangement j’ai eu l’envie irrépressible de manger des œufs brouillés et je ne pensais plus qu’à ça. Ce qui est drôle car j’avais arrêté d’en consommer plusieurs mois plus tôt, car j’avais lu qu’ils étaient déconseillés pour les problèmes d’acné. Mais mon corps semblait me crier d’en consommer, j’ai alors décidé que lors de mon brunch que je m’offrirai à la fin de ma séance de réintroduction alimentaire, je savourerai des œufs de ferme biologiques de qualité, et ce en pleine conscience.


J’ai profité des dernières heures du séjour pour profiter du soleil, couchée dans un hamac et suer quelques minutes dans le sauna mis à disposition. Durant les jeûnes ou les cures de détox, c’est extrêmement bénéfique d’effectuer des séances de sauna pour aider le corps à libérer les toxines en circulation par la transpiration. J’ai senti de vrais bienfaits sur ma peau notamment que je trouvais particulièrement belle et qui cicatrisait tranquillement.


Cela dit, ce dernier jour, je me sentais plutôt faible physiquement, j’avais comme des sensations de courbatures dans tout le corps et je sentais qu’il ne fallait pas que je force trop. A ce stade, j’avais perdu 3kg et je découvrais un corps très différent, que je n’avais pas vu ainsi depuis mon adolescence.


Le lendemain matin, j’ai rompu mon jeûne de 90h avec un délicieux jus de pastèque fraîche associée à de la menthe. Wow les saveurs en bouche…ça explosait de partout ! La fraîcheur de la menthe mêlée au sucré de la pastèque…j’étais absolument en pleine jouissance !

C’est dans ces moments où l’on se prive de nourriture quelques temps que l’on peut reprendre conscience des saveurs et textures, des goûts incroyables de chaque fruit et légume que la terre nous offre. Incroyable gratitude pour ça, en toute simplicité.


Retour à la réalité


Suite à cette superbe pause rurale à la fraîche, j’ai dû retrouver l’écrasante chaleur de la ville. Nous vivions à ce moment une terrible canicule depuis juin et je n’avais vraiment pas hâte de rentrer. Mon premier repas solide suite au jeune a été un smoothie de banane/mangue ainsi que quelques morceaux de mangue mûre.

Et là encore, je peux vous dire que sentir ces saveurs et ce smoothie couler en moi m’avait procuré un immense plaisir que je n’oublierai pas !


Michel et Hélène nous avaient conseillés de reprendre l’alimentation solide avec des fruits jaunes bien mûrs pour faire le plein de magnésium et de potassium. Ce n’est que le lendemain que j’ai repris les légumes avec une salade crue assez simple, ne voulant pas trop mélanger d’aliments. C’est dans ces moments de minimalisme alimentaire que l’on se rend compte que trop de mélanges peuvent être trop compliqués à digérer pour le corps. Alors on y va doucement.

L’idéal, au sortir d’un jeûne est de pratiquer la mono diète d’un aliment comme la carotte ou la banane pour réintroduire doucement les aliments et les nutriments et faciliter la digestion du système digestif.


Au fur et à mesure j'ai réintroduit les oléagineux, féculents et légumineuses afin de retrouver mon alimentation habituelle, cela dit mes portions étaient moins grandes qu'avant le jeûne, ce qui me convenait bien! Le fait de bien mastiquer ma nourriture me permettait de ressentir ce qui se passait en moi et de plus vite être à l'écoute de ma faim.

Une semaine après le jeûne, je me suis alors fait ce fameux brunch aux œufs brouillés dont je rêvais depuis des jours, accompagné d'un jus de légumes et de pancakes sans gluten. Une énorme assiette gourmande que j'ai vraiment apprécié. C'est depuis ce jour que je remange des œufs quand j'en ressens l'envie, surtout en hiver. Je les digère plutôt bien au final et ne sont pas responsables de mes problèmes de peau.


En revanche, côté peau, la réintroduction alimentaire a relancé les inflammations et les démangeaisons, je savais qu'il en fallait plus que 90h de jeûne pour guérir ce problème, mais je savais maintenant quoi faire pour me nettoyer et me régénérer.


Mon avis sur le jeûne


Cette expérience a été pour moi extrêmement riche d’enseignements concernant mon corps. Je conseille le jeûne à toutes les personnes qui ont besoin de se reconnecter aux ressentis du corps, de trouver le vide aussi bien physique que mental qui permet de trouver les solutions de certaines problématiques et ainsi pouvoir mettre le doigt sur ce qui est bon ou mauvais pour nous.

Nous sommes tous différents et les jeûnes peuvent être vécus différemment pour tous : très violemment pour des personnes très encrassées qui ont vraiment besoin de se nettoyer sur du long terme, très paisiblement pour des personnes ayant déjà une régime alimentaire adapté à leurs besoins personnels.

L’idée étant de se dire que plus les effets désagréables sont présents, plus cela signifie que le corps a vraiment besoin d’être nettoyé et purgé. Les nausées et vomissements sont souvent signe d’une foie affaibli qui se régénère lors du jeûne. C’est important de le laisser se nettoyer et de ne pas interrompre le jeûne en pensant que quelque chose ne va pas. Au contraire, le corps évacue ce dont il n’a plus besoin et se régénère par cette action. Dans ces moments, il faut juste accueillir et soutenir le corps en se reposant autant que possible.


Oui, le jeûne a été pour moi un peu brutal car les réactions physiques très douloureuses m’ont vraiment affaiblie, cela dit elles m’ont permis de comprendre que j’avais besoin de detoxifier tout mon corps et soutenir mon foie. C’est grâce à ce jeûne que j’ai pu entreprendre par la suite des cures de nettoyage du foie et des cures de jus de légumes régulières afin de l’aider à se régénérer en douceur, sur du plus long terme.


Je pense que je retenterai des jeûnes à l'eau sur plusieurs jours lors de situations particulières comme lors d'un corps très encrassé ou malade, cela dit au quotidien je préfère instaurer le jeûne intermittent (14h de jeûne), plus doux et tout aussi bénéfique sur la santé. Cette option me permet de manger moins, sur une plage horaire de 10h et de laisser mon système digestif se reposer et se nettoyer au quotidien pendant la soirée et la nuit. Comme mon alimentation est relativement similaire à mes cures régulières, cela permet à mon corps de trouver un bon équilibre digestif et de santé générale.


Ce qui fonctionne pour moi :

- fruits et légumes crus en grande quantité

- Infusions de plantes en grande quantité

- féculents, légumineuses et oléagineux en moyenne quantité

- Tofu et soja fermenté en petite quantité

- Retrait total du gluten et des produits laitiers (je suis végétarienne depuis 2016)


Une journée alimentaire type qui est bénéfique pour mon corps:

- Un verre d’eau pure, parfois citronnée à jeûn

- Un jus de légume vert (céleri ou concombre)

- Un smoothie de fruits frais, en verre ou dans un bol

- Une grande assiette de légumes crus en salade + féculents ou légumineuses : ce peut-être du quinoa, des pommes de terre cuites vapeur ou au four, des pois-chiches sautés ou en purée (houmous), des lentilles ou des haricots rouges/noirs. J’alterne en fonction de mes envies et de mon intuition du jour.

- Des fruits accompagnés d’oléagineux en encas : pomme/céleri, banane/noix de cajou, clémentines en hiver ou fruits et baies rouges en été (fraises, mûres, myrtilles, cerises…)

- Le soir si j’ai faim, je mange léger : soit une soupe crue chaude, soit quelques légumes vapeur avec une salade ou alors une assiette de crudités et fruits frais à la croque, en fonction de l’envie du jour.

- J’aime finir ma journée avec une infusion de plantes : verveine/menthe ou mélisse/lavande accompagné d’une date Medjoul sucrée.


Après, je ne me tiens pas à ce régime tous les jours de l’année car les aléas de la vie peuvent être compliqués, la vie en société, les contraintes de temps ou d’argent… J’aime aussi m’octroyer des moments de pur plaisir gustatif en mangeant une pizza et en buvant un verre de vin avec mon chéri, ou en buvant une bière et mangeant des chips avec des amis. L’important est de savoir ce qui est bon pour nous et d’arriver à réguler santé et plaisir de la juste manière afin de ne pas sentir de frustration.

Lorsque l’on fait trop d’écarts, le corps finira par le dire et à ce moment là on pourra lui redonner ce dont il a besoin pour se régénérer. La clé est dans l’écoute de soi.


Merci pour votre lecture et prenez soin de vous.


Nadia

115 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout